Chambre de Commerce de Dubaï, un moteur de la responsabilité sociale des entreprises de la région ?

lundi 1er juin 2009 par Christelle Masson

Lieu de contrastes incessants, tourisme et luxe, attirances et rejets, à la fois Ville et Émirat, Dubaï ne laisse personne indifférente. Il me semble plus propice de traiter ici d’un organisme qui prône la responsabilité sociale auprès des entreprises de Dubaï, plutôt que de citer un manque de responsabilités ou de Droits Humains.

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Dubaï (Chambre) a été créée en 1965, bien avant la fondation des Émirats Arabes en 1971. De neuf personnes à sa création, 200 employés et environ 100 000 membres constituent aujourd’hui l’effectif de la Chambre. Sa mission est de représenter, de protéger ainsi que de promouvoir les intérêts de la communauté d’affaires de Dubaï.

Épousant la vision de l’actuel souverain de Dubaï, Sheikh Mohammed bin Rashid al Maktoum, de faire de la métropole, une des villes les plus influentes au monde, la Chambre a initié le Centre sur la responsabilité sociale en 2004, une première dans la région. Ce Centre fait appel à l’encouragement des membres de la Chambre dans la recherche et l’application des meilleures pratiques en matière de responsabilité sociale des entreprises. Les services offerts s’étendent de la sensibilisation au développement durable jusqu’à la mise en œuvre de stratégies, incluant des outils d’applications permettant de mesurer l’évolution d’une organisation dans ce domaine. Ces entreprises peuvent ainsi se distinguer, concilier leurs intérêts et bénéficier d’un avantage concurrentiel avec la nécessité d’évoluer responsablement.

La Chambre met tout en œuvre afin de prêcher par l’exemple. En effet, depuis plus de dix ans, elle a entrepris un certain nombre d’actions en faveur de l’efficacité énergétique et d’une meilleure gestion de l’eau. Les initiatives ont permis de réaliser des économies substantielles et de faire de ce bâtiment, l’une des constructions les plus vertes de Dubaï, malgré ses 14 années d’existence, un âge relativement avancé en comparaison des autres édifices de la ville. La Chambre vient d’appliquer en vue de l’obtention de la prestigieuse certification LEED, pour la catégorie des bâtiments existants.

Parmi les réalisations de la Chambre, on peut noter :

- la réduction de sa consommation d’eau : 77 %
- la réduction de sa consommation d’électricité : 47 %

La Chambre fait figure de pionnière à plusieurs égards, notamment :

- la récupération de l’eau de certains de ses systèmes pour l’alimentation de ses fontaines
- la récupération des eaux de la ville pour les toilettes du bâtiment
- un stationnement pour les véhicules écologiques

Selon Annelies Hodge [1], il existe des défis importants dans cette région du monde. Nous faisons partie des plus grands consommateurs de ressources et des plus grands producteurs de déchets par personne. Étant donné que l’électricité, l’eau, le pétrole constituent ici des ressources bon marché, nous disposons de moins d’incitatifs envers une consommation plus responsable, comme en Europe par exemple. Cependant, il s’agit d’une Région jeune, extrêmement ambitieuse et ouverte sur le monde, travaillant sans relâche pour apprendre et adopter les mêmes standards auxquels nous nous attendons du monde occidental. Pour l’édification des nouveaux bâtiments à Dubaï, nous avons désormais mis en place des procédures obligatoires en matière de construction verte ; l’an passé à Dubaï, le premier bâtiment certifié LEED Platine au Moyen-Orient a ouvert ses portes ; une cité carboneutre sera construite à Abu Dhabi ; et, certaines entreprises sont devenues carboneutres. Il faut noter également un nombre de réalisations sociales. Il existe donc de réelles et belles opportunités de faire une différence ; c’est ce qui rend mon travail ici si passionnant.

Afin de faire progresser l’éveil au développement durable à Dubaï, rien de tel qu’un acteur de changement créant des ambassadeurs de la responsabilité sociale au sein des entreprises. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Dubaï détient donc un rôle catalyseur. Il va de soi que le développement durable ne touche pas uniquement la sphère environnementale et la Chambre sensibilise ses membres dans ce sens. Néanmoins, la responsabilité sociale des entreprises ne constitue pas non plus un modèle qu’on peut exporter à sa guise et appliquer tel quel dans une région donnée. La culture du pays d’accueil prend toute son importance. Cependant, des entreprises étrangères qui sont installées ou qui vont briller sur le sol de Dubaï, je pense notamment au Cirque du Soleil, pourront elles aussi, devenir des acteurs de changement.

Pour consulter le site Internet de la Chambre de Commerce de Dubaï : http://www.dubaichamber.ae/

Share |

[1] *L’information sur les réalisations et les défis de la Chambre de Commerce de Dubaï en matière de responsabilité sociale a été obtenue grâce à la collaboration de Annelies Hodge. Annelies travaille depuis deux ans à la Chambre de commerce comme conseillère et gestionnaire en responsabilité sociale des entreprises. Elle est détentrice d’un MBA de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ; son mémoire portait sur le changement et le leadership vers le développement durable. Elle a également travaillé au sein de la Chaire de la responsabilité sociale et de développement durable de l’UQAM de 2004 à 2007.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Newsletters | Espace privé |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SECTION 2 : Sensibiliser, pour agir ici et soutenir (...)  Suivre la vie du site Pistes de réflexion  Suivre la vie du site Organisations commerciales   ?

Planification de la relève avenir durable Évaluation d'entreprise Financement des entreprises fusions acquisitions transmission d'entreprise Formation de la releve

formation et coaching de la releve

Stratégie de communication Internet: Christelle Masson, MBA